de suivi

La "cancel culture" n'existe pas

Dans Indignez-vous, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, Stéphane Hessel, diplomate, écrivain et résistant, rappelait la nécessité des luttes contre les inégalités sociales, le mauvais traitement de la planète et la domination de la finance sur les droits humains. Nous étions en 2010. Aujourd’hui, ces thématiques universalistes sont développées par des mouvements nouveaux, constitués de minorités touchées tour à tour ou tout à la fois par les ségrégations raciales et xénophobes, la domination patriarcale ou les discriminations sexuelles et de genre.

Ces mouvements, parfois regroupés sous le terme de «wokisme» – issu de to wake, se réveiller en anglais –, nous amènent à reconsidérer, à la lumière d’un travail historique, la question des inégalités et à proposer de nouvelles grilles de lecture dans les luttes pour un monde juste et tolérant.

Dans le même temps, nous assistons à la montée d’une inquiétante forme de violence à l’égard des personnes portant ces revendications. Il paraît ainsi essentiel de rappeler les valeurs portées par le wokisme mais aussi de condamner les discours alarmistes développés par ses détracteurs et détractrices, issu·es de mouvements d’extrême droite avant d’évoluer vers un front commun nostalgique d’un certain patriarcat.

Un mouvement rassembleur

Si l’indignation constitue un premier pas, le wokisme nous propose d’être «en éveil» face aux inégalités sociales et à l’oppression. Martin Luther King ne disait pas autre chose lorsqu’il exhortait les jeunes Américain·es à «rester éveillés», alors que Karl Marx, au siècle précédent, encourageait les ouvriers à renforcer leur «conscience de classe». Le mouvement woke a cela de nouveau qu’il marque la volonté des minorités de s’unir autour d’une expérience partagée des discriminations. Le mouvement postule qu’elles s’entrecroisent et sont supérieures à la somme de leur addition. Un jeune homme noir et gay risque de devoir affronter une multiplication d’épreuves rendant son vécu particulièrement douloureux. Très loin du «repli communautaire», le mouvement woke est profondément rassembleur: il n’est rien d’autre que l’union des luttes pour la diversité, l’égalité et la liberté.

De nouvelles bases

A travers les études genres et l’approche de déconstruction coloniale, ce mouvement s’appuie sur un examen critique des règles et valeurs qui sous-tendent nos organisations sociales.

A l’instar de Pierre Bourdieu dans La domination masculine (1998), nombreux sont les sociologues à dénoncer les rapports structurels d’oppression. Il y est toujours question de la centralité accordée à l’homme, blanc, cisgenre, hétérosexuel, lui offrant de fait une position dominante. Si ce statut ne suffit pas à bénéficier d’une position privilégiée, se draper dans cette image de référence octroie un avantage dont il faut être conscient qu’il s’obtient au détriment des autres. Il faut ainsi, par des actes, rendre leur place aux femmes, aux trans, aux Afro-descendant·es, aux gays ou aux lesbiennes, là où se forment nos consciences – dans l’écriture, les manuels scolaires, les rues. La «cancel culture» n’existe pas: seule règne la volonté de questionner nos références.

Au croisement de la justice sociale et de l’écologie

En phase avec son époque, le wokisme s’inscrit dans le combat pour l’écologie et la justice sociale. Il résulte lui aussi de l’échec des politiques patriarcales et productivistes. Durant des siècles, il a été considéré à tort que la croissance des richesses résoudrait les grands déséquilibres de nos sociétés. Nul besoin de remettre en question l’accumulation des biens, l’égalité était en marche grâce au «ruissellement». Inutile de repenser notre consommation, la croissance verte apporterait la durabilité. Le pouvoir des tenants du patriarcat n’avait pas besoin d’être contesté, le volontarisme des opprimé·es viendrait à bout d’un déséquilibre avéré.

Aujourd’hui, l’écologie nous enseigne au contraire que, pour respecter les limites planétaires, des restrictions devront être imposées aux plus gros consommateurs. Le socialisme nous dit qu’il faut des politiques redistributives. Le wokisme, enfin, pointe les omniprésentes discriminations structurelles. Il nous invite à déconstruire les rapports de pouvoir, à en dénoncer les rouages et à rééquilibrer nos références. N’en déplaise à certain·es, le wokisme propose une approche universelle des problématiques sociétales, qui s’inscrit au cœur de valeurs inhérentes aux Vert·es.

Une Opinion signée avec Nicolas Walder, conseiller national et vice-président des Vert-e-s suisses, dans le Courrier du 24 mai 2022

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.