de suivi

Votations du 13 juin : défendre la biodiversité dans les urnes, en Suisse et à Genève

La biodiversité sera au cœur des enjeux des votations fédérales et de la votation en Ville de Genève sur la Cité de la musique. En effet, à l'heure de l'urgence climatique, dans la perspective où développer la biodiversité est devenu une nécessité et au vue des ambitieux objectifs que s'est fixée la Ville de Genève en la matière, il n'est pas raisonnable de sacrifier des milliers de mètres carrés de terrains naturels, si rares en milieu urbain.

La population sera amenée à se déterminer le 13 juin sur plusieurs sujets relatifs à la sauvegarde de la biodiversité et à l’urgence climatique. Au niveau fédéral, trois votations cruciales concernent la réduction des émissions de gaz à effet de serre (loi sur le CO2) et l’impact des pesticides sur l’environnement. Quant à la votation en Ville de Genève sur la Cité de la musique, les conséquences de ce projet de construction sur la biodiversité sont au cœur des enjeux.

La loi sur le CO2 rassemble un large front des milieux politiques, économiques et associatifs qui ont compris qu’il n’est plus possible de repousser les mesures à prendre pour lutter contre le réchauffement climatique. Les deux initiatives contre l’utilisation des pesticides de synthèse soulèvent des enjeux fondamentaux. Selon celles et ceux qui tergiversent, ces objets seraient trop rapides, trop extrêmes, trop écolos… C’est oublier que l’impact des pesticides et des engrais chimique est dénoncé depuis des dizaines d’années dans des centaines de rapports, sans pourtant nous amener à agir contre les conséquences désastreuses de l’agriculture intensive.

Les lobbys agricoles agitent aussi bien le spectre d’une hypothétique raréfaction des denrées alimentaires (fini les pâtes…) que d’une explosion de leurs coûts. C’est un comble, sachant que l’utilisation de ces pesticides représente une menace bien plus grave pour notre sécurité alimentaire. En 2019, l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation publiait un rapport alarmant concernant la disparition des pollinisateurs ; sans eux, c’en est fini de notre production agricole.

Faire reconnaître la dangerosité du tabac a pris des décennies. Comme dans le cas des pesticides, on a vu se multiplier les études fallacieuses, financées par les cigarettiers, visant à défendre le commerce sans entrave d’un produit mortel pour l’être humain. De même, la dangerosité des pesticides n’est plus à prouver.

Mais la préservation de la biodiversité se joue aussi dans les villes. Le Plan Biodiversité du Canton de Genève rappelle qu’elle est nécessaire à notre vie. Dressant des constats alarmants concernant la disparition des espèces dans notre région, il a adopté une stratégie axée sur trois axes : réhabiliter une infrastructure écologique, renforcer les liens de la population avec la nature, adopter le réflexe biodiversité dans l’aménagement du territoire.

Plusieurs votations cantonales ont démontré que la préservation de la nature fait partie des préoccupations de la population. C’est ainsi qu’en 2019 et 2020, des projets de déclassement ont été refusés à Avusy, Meyrin, Vernier, Grand-Saconnex et en Ville de Genève. 

Avec le projet de Cité de la musique, les habitant-e-s de la Ville de Genève auront encore une fois l’occasion de se prononcer à ce sujet. Car c’est bien l’opposition entre la préservation d’un site naturel et la construction d’une infrastructure pour la Haute Ecole de Musique (HEM) et l’Orchestre de Suisse Romande (OSR) qui se jouera dans les urnes.

Le site concerné couvre des milliers de m2 de terrain naturel. Selon l’étude menée par l’ingénieur forestier Bernard Graf [1], cette  forêt urbaine est constituée d’une grande diversité d’arbres âgés, parfois centenaires. Ce n’est pas tout : le site n’étant pas public, il est doté d’un sous-bois, d’une fantastique diversité de plantes, de champignons et d’une prairie extensive, constituant une multitude d’abris pour la faune et présentant une biodiversité d’une richesse exceptionnelle en milieu urbain.

Bien que les promoteurs du projet aient proposé des améliorations concernant la préservation de certains arbres, l’impact du bâtiment projeté constitue une atteinte sérieuse à la préservation de la biodiversité et peut être considéré comme contraire aux priorités cantonale et municipale en la matière.

Les promoteurs annoncent qu’il n’existe pas d’alternative. Au vue des soutiens rassemblés pour cet ambitieux projet, gageons que des solutions pourront être trouvées, sur le territoire cantonal, pour aboutir à un objet permettant à la fois de préserver l’environnement et soutenir la culture. On l’a constaté par le passé, pour la Maison de la danse, le Musée d’Ethnographie ou le Musée d’art et d’histoire. Bien que refusés par la population, des solutions ont émergé.

Les tensions générées montrent qu’il est essentiel d’adopter dans tous les projets de construction ce réflexe biodiversité. Elle est indispensable à la vie et aux générations futures. La planète n’est pas un projet à améliorer. Pour elle, il n’y a pas de plan B !

 

photo @Beat Lowensberg 

[1] GRAF Bernard, ingénieur forestier EPF/SIA « Plan localisé de quartier n° 30134 Genève – Section Petit Saconnex « Cité de la musique » octobre 2020

Lien permanent Catégories : Air du temps, Genève 1 commentaire

Commentaires

  • Concernant les pesticides, c'est grâce à eux que la famine n'existe plus sur la planète. Pour nourrir autant de personnes sans, il faudrait encore plus détruire les forêts. Sans compter le coût pour les plus pauvres, qui ferait de la nourriture quelque chose d'inaccessible.
    Le bio, c'est le truc de riche qui a les moyen de le manger. Je suis clairement pour favoriser la biodiversité, mais laissons aux paysans cette responsabilité avec un suivis des autorités. Ce n'est pas aux bobos de leur apprendre leur métier.
    J'ajoute son effet pervers, la disparition des petits paysans qui ne pourront pas régater contre les plus gros de Suisse et d'ailleurs. Si les petits ont besoin de plus de bras (mal payé) pour s'occuper des champs, les gros feront appel à la technologie.

    Je suis un pragmatique, ce qui tue aussi la biodiversité en Suisse, c'est le bétonnage et la surpopulation qui s'accroît par millions. Qui dit million, dit béton, dit disparition de terres agricoles, dit faunes sous stress.

Les commentaires sont fermés.