de suivi

Alfonso Gomez

  • Mes priorités pour la législature 2020-2025

    Le 7 avril 2020, les électeurs et électrices de la Ville de Genève m’ont accordé leur confiance en m’élisant au Conseil administratif de la Ville de Genève. Ce faisant, ils et elles ont plébiscité les valeurs vertes et humanistes que je défends, ainsi qu’un programme ambitieux en matière d’écologie. En prenant la tête du Département des finances, de l’environnement et du logement (DFEL) le 1er juin dernier, j’ai défini cinq grandes priorités pour cette législature. Je suis prêt à engager toutes mes forces, toute mon énergie, pour les concrétiser.

    Lire la suite

    Lien permanent 3 commentaires
  • Journée internationale de lutte contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie aujourd'hui 17 mai 2020

    Aujourd’hui 17 mai, c’est la journée internationale IDAHOBIT (international Day Against Homophobia, Biphobia, Intersexism and Transphobia), l’objectif de cette date symbolique est de sensibiliser et de mener des actions de prévention pour lutter contre toutes les violences physiques et morales liées à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre.

    Rappelons que malheureusement, dans trop de régions du monde encore, les droits des personnes LGBTIQ+ sont bafoués, et les violences à leur égard sont banalisées.

    Lire la suite

    Lien permanent 2 commentaires
  • Pas de sauvetage du secteur aérien sans protection climatique !

    Le transport aérien n’aime pas le vert titrait la revue Alternatives économiques du mois de mars 2013. C’est le moins que l’on puisse dire !

    Depuis quelques années, les constructeurs ont mis l’accent sur les économies de kérosène certes, mais davantage pour des raisons financières qu’écologiques : en effet le carburant pèse très lourdement sur les comptes d’exploitation des compagnies aériennes. 

    S’il importe de poursuivre la modernisation des flottes, il faut en revanche cesser d'augmenter le nombre d'aéroports ainsi que leurs capacités d’accueil. Au rythme actuel, le nombre de vols devrait poursuivre son augmentation pour atteindre 32'500 avions en circulation à l’horizon de 2031, contre 15'500 en 2016, soit le double en 15 ans! En raison de cette croissance, les économies de carburant permises par les nouvelles technologies seront annulées. 

    Rappelons également que le trafic a été multiplié par 100 de 1950 à 2000.

    Cette évolution est malheureusement encouragée par l’ensemble des États : le secteur aérien échappe à toute taxation et paie son kérosène free tax, ou encore qu’il n’est pas soumis à l’Accord de Paris sur le climat.

    Il faut aider les compagnies aériennes, mais qu’à la condition que celles-ci s’alignent sur les objectifs climatiques de la Suisse. Nous devons exiger que cette aide soit soumise aux conditions suivantes :

    1. entamer immédiatement des négociations internationales pour prélever une taxe CO2 sur le kérosène et intégrer le trafic aérien dans l’Accord de Paris sur le climat ;  
    2. transférer le transport aérien de courte distance sur le rail en développant les lignes ferroviaires internationales et les trains de nuit ;
    3. instaurer un moratoire sur l’extension des infrastructures aéroportuaires ;
    4. créer un fonds à l’intention des employé.e.s souhaitant se reconvertir ou se perfectionner afin de leur offrir de nouvelles perspectives professionnelles ; 
    5. conclure avec les compagnies aériennes et les exploitants aéroportuaires une convention d’objectifs pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

     

    Alfonso Gomez

    https://verts.ch/campagne/non-au-sauvetage-du-secteur-aerien-sans-protection-climatique 

     

     

     

    Lien permanent Catégories : Humeur 2 commentaires