01/04/2014

Champ-Dollon ne garantit plus les droits et la sécurité des détenus ni du personnel pénitentiaire.

La Ligue Suisse des Droits de l’Homme – Genève (LSDH-Genève) dénonce inlassablement la surpopulation chronique et croissante de la prison de Champ-Dollon depuis de nombreuses années déjà. Elle rappelle régulièrement que des rapports émanant d’organismes internationaux, comme le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), ont depuis longtemps déjà également pris la mesure de la gravité de la situation qui prévaut dans cette prison.

 

Il y a un an de cela, les gardiens manifestaient eux-mêmes leur mécontentement et leur vive inquiétude lors d’une grève : ils tenaient à alerter les autorités et la population de la situation dramatique et des risques encourus en raison de la surpopulation carcérale, pour eux-mêmes mais aussi pour les détenus.

 

Depuis un an, la situation n’a encore cessé de se dégrader au point qu’au mois de février dernier, c’est le Tribunal Fédéral, soit la plus haute instance judiciaire suisse, qui tranchait : les conditions de détention à la prison de Champ-Dollon sont telles qu’elles violent le droit et qu’elles constituent, sur le plan juridique suisse, des traitements inhumains et dégradants.

 

Le 28 mars dernier, c’est le directeur de la prison qui affirmait par voie de presse « passer à côté du drame en permanence ».  La prison de Champ-Dollon n’est de toute évidence plus à même de remplir la mission qui est la sienne… Le même jour, un détenu est retrouvé mort dans sa cellule.

 

La LSDH a récemment reçu, non sans émotion,  de nombreux témoignages de détenus et de leurs familles. Si la plupart saluent le travail des gardiens et du personnel pénitentiaire (médical, notamment), ils sont unanimes à faire part de leur détresse, des graves conséquences de la situation actuelle sur leur santé, de leur peur même de s’endormir le soir venu, des violences qu’ils sont trop nombreux à avoir subies, du climat de tension extrême dans lequel ils se trouvent tous.

 

Il y a un an, la LSDH affirmait déjà que des solutions immédiates existent pour désengorger la prison, il faut maintenant que les autorités les appliquent. Leur responsabilité est engagée. D’une part, la privation de liberté n’est pas la seule sanction prévue par le législateur et rien ne justifie que d’autres sortes de sanctions ne soient prononcées chaque fois que cela est possible. D’autre part, et dans ce cadre, le fait d’incarcérer une personne en raison d’une simple infraction à la loi sur les étrangers (LETR) est non seulement contraire à la jurisprudence européenne constante, mais encore tout simplement inadmissible à Champ-Dollon, que ce soit sur un plan éthique, juridique ou pragmatique.

 

La Ligue Suisse des Droits de l’Homme – Genève tient par la présente à appeler les autorités :

-          à prendre la mesure des risques que la situation qui prévaut à Champ-Dollon fait courir aux détenus comme au personnel pénitentiaire ;

-          à respecter les normes que fixe le droit et qu’a rappelées le Tribunal Fédéral ;

-          à faire honneur à ses engagements en termes de respect des droits fondamentaux.

-          Elle adresse par ailleurs ce même jour des courriers demandant au CTP (Comité européen pour la prévention de la torture), au CNPT (Commission nationale de prévention de la torture) et à la Commission des visiteurs du Grand Conseil de faire valoir toutes leurs prérogatives afin de contribuer à rétablir des conditions de détention acceptables à Champ-Dollon et à prévenir des drames annoncés.

 

 31 mars 2014

Pour le comité de la Ligue Suisse des Droits de l'Homme - Section Genève :

Doris Leuenberger, Alfonso Gomez

 

12:13 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

26/03/2014

Respectez les pistes et bandes cyclables.

Ce soir le groupe des "Les Verts" au Conseil Municipale de la Ville de Genève présente une motion qui demande de respecter les cyclistes.

Elle demande  de « Respectez les cyclistes » sur le partage de la voirie et le respect des aménagements afin de cohabiter et de se déplacer en toute sécurité et de dénoncer, par exemple, le stationnement dangereux des véhicules à moteur occupant l’espace réservé aux vélos et aux piétons. Voici le texte :

Considérant :

  • que régulièrement les pistes et bandes réservées aux cyclistes sont utilisées par des motos ou autres véhicules à moteur ;
  • que régulièrement les pistes et bandes réservées aux cyclistes sont obstruées par des véhicules en stationnement illicites ;
  • que trop  de motards et d’automobilistes violent l’article 33, al 1 de l’OSR (Ordonnance sur la signalisation routière) qui indique que les pistes et bandes cyclables sont des voies destinées aux cyclistes ;
  • que les voitures, motos et scooters ne sont autorisés ni sur les pistes, ni sur les bandes cyclables.
  • que les cyclistes se trouvent souvent en danger du fait du comportement irresponsable de certains motards ou autres véhicules mal garés sur les pistes et bandes cyclables, obligeant ces derniers à occuper illicitement les trottoirs,

Le conseil municipal demande au Conseil administratif de prendre des mesures immédiates pour sécuriser les pistes et bandes cyclables en faisant appliquer les sanctions prévues par la loi sur les règles de la circulation routière.

flics_piste_cyclable_l.jpgtopelement.jpg

11:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève | Lien permanent | Commentaires (17)

21/03/2014

Défendre la sécurité des cyclistes et des piétons

À la lecture de la Tribune de Genève du 20 mars 2014, nous avons été surpris par le compte-rendu de la dernière séance du Conseil municipal Ville de Genève. Plus particulièrement, c’est le passage concernant les débats sur la motion M-1042 qui nous pousse à réagir (texte demandant que les forces de l'ordre mettent l'accent sur la répression des cyclistes roulant sur les trottoirs).

En effet, dans son article, Mme Chloé Dethurens cite abondamment l’ensemble des groupes présents intervenus dans ce débat … sauf les Verts. Cela laisse croire que ces derniers sont restés silencieux sur cette thématique.


Au contraire, les Verts ont été les premiers à intervenir pour dénoncer une énième motion MCG stigmatisante pour les usagers du vélo. Cette motion cherchait à opposer les acteurs de la mobilité douce, les piétons et les cyclistes au lieu de trouver des solutions favorisant le bien-vivre ensemble et la convivialité.


Nous avons souligné, lors des débats en plénière, que la situation actuelle est très insatisfaisante car elle ne répond pas aux souhaits exprimés par la population notamment suite à l’acceptation de l’initiative cantonale 144. Cette initiative a été votée par la population genevoise en 2011 afin de développer davantage les infrastructures dédiées à la mobilité douce. Cet objet vise à mieux assurer la protection des piétons et des cyclistes. Malheureusement, sa mise en œuvre s’avère aujourd’hui insuffisantes.


Les auteurs de la motion qui se disent respectueux de la volonté populaire devraient plutôt s’inquiéter des oppositions faites par la droite qui freinent la réalisation de cette initiative pourtant nécessaire pour la mobilité douce.


Nous avons souligné que personne ne défend l’irrespect des règles de circulation et de la loi : ni les Verts, ni les associations de défenses du vélo telles que Pro-Vélo et encore moins les autorités de la Ville qui avec Pro-vélo organise régulièrement des cours de sensibilisation et de bonne conduite au succès grandissant.


Nous ne défendons pas les vélos sur les trottoirs, comme nous ne défendons pas les scooters et autres motos sur les pistes cyclables, ni les automobilistes qui se garent sur les voies réservées aux vélos comme un certain député MCG bien connu.


Par contre, nous encourageons nos collègues de la droite municipale et particulièrement ceux qui ont soutenu l’IN 144 sur la mobilité douce de travailler avec l’Alternative et avec les associations cyclistes afin de supprimer les points noirs dangereux pour les usagers du vélo dans la circulation et qui contraignent parfois ces derniers à utiliser mal à propos les trottoirs.

 

Alfonso Gomez, Conseiller municipal Vert et président de la section Verts Ville Genève

Catherine Thobellem, Conseillère municipale Verte

 

accident-velo.jpg

08:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2)