21/03/2014

Défendre la sécurité des cyclistes et des piétons

À la lecture de la Tribune de Genève du 20 mars 2014, nous avons été surpris par le compte-rendu de la dernière séance du Conseil municipal Ville de Genève. Plus particulièrement, c’est le passage concernant les débats sur la motion M-1042 qui nous pousse à réagir (texte demandant que les forces de l'ordre mettent l'accent sur la répression des cyclistes roulant sur les trottoirs).

En effet, dans son article, Mme Chloé Dethurens cite abondamment l’ensemble des groupes présents intervenus dans ce débat … sauf les Verts. Cela laisse croire que ces derniers sont restés silencieux sur cette thématique.


Au contraire, les Verts ont été les premiers à intervenir pour dénoncer une énième motion MCG stigmatisante pour les usagers du vélo. Cette motion cherchait à opposer les acteurs de la mobilité douce, les piétons et les cyclistes au lieu de trouver des solutions favorisant le bien-vivre ensemble et la convivialité.


Nous avons souligné, lors des débats en plénière, que la situation actuelle est très insatisfaisante car elle ne répond pas aux souhaits exprimés par la population notamment suite à l’acceptation de l’initiative cantonale 144. Cette initiative a été votée par la population genevoise en 2011 afin de développer davantage les infrastructures dédiées à la mobilité douce. Cet objet vise à mieux assurer la protection des piétons et des cyclistes. Malheureusement, sa mise en œuvre s’avère aujourd’hui insuffisantes.


Les auteurs de la motion qui se disent respectueux de la volonté populaire devraient plutôt s’inquiéter des oppositions faites par la droite qui freinent la réalisation de cette initiative pourtant nécessaire pour la mobilité douce.


Nous avons souligné que personne ne défend l’irrespect des règles de circulation et de la loi : ni les Verts, ni les associations de défenses du vélo telles que Pro-Vélo et encore moins les autorités de la Ville qui avec Pro-vélo organise régulièrement des cours de sensibilisation et de bonne conduite au succès grandissant.


Nous ne défendons pas les vélos sur les trottoirs, comme nous ne défendons pas les scooters et autres motos sur les pistes cyclables, ni les automobilistes qui se garent sur les voies réservées aux vélos comme un certain député MCG bien connu.


Par contre, nous encourageons nos collègues de la droite municipale et particulièrement ceux qui ont soutenu l’IN 144 sur la mobilité douce de travailler avec l’Alternative et avec les associations cyclistes afin de supprimer les points noirs dangereux pour les usagers du vélo dans la circulation et qui contraignent parfois ces derniers à utiliser mal à propos les trottoirs.

 

Alfonso Gomez, Conseiller municipal Vert et président de la section Verts Ville Genève

Catherine Thobellem, Conseillère municipale Verte

 

accident-velo.jpg

08:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2)

12/12/2013

Avec les coupes budgétaires, c’est la population qui trinque.

Le Conseil administratif de la Ville de Genève avait présenté le 6 novembre un budget 2014 équilibré grâce à une amélioration des prévisions fiscales mais aussi, ne l’oublions pas, en raison d’une diminution de 12 millions des charges. Peine perdue. En commission des finances, le PLR, le PDC, le MCG et l’UDC ont introduit, une semaine plus tard, 20,8 millions de coupes supplémentaires.
40 % de ces réductions budgétaires,  correspond à des salaires versés par la Ville de Genève à son personnel. À 49 employés, pour être précis, dont la mission est de faire vivre sur le terrain, au quotidien,  la politique voulue par le Conseil administratif. Sur ce nombre, 42 travaillent au sein des Unités d’Action communautaire (UAC).
Je suis indigné de voir la moitié des effectifs du service social, rayés d’un coup de plume. Sans même penser à  la population qui bénéficie de leurs prestations. Sans même songer aux 42 personnes dont on vient de supprimer les emplois.
Le motif serait, selon un élu « qu’on n’a jamais vraiment compris à quoi servent les UAC ».  Depuis le temps que ce monsieur  et ses collègues siègent au Conseil municipal et votent les budgets, une telle méconnaissance est inquiétante.
Je leur rappellerai donc que les UAC sont responsables de la politique sociale de proximité menée en Ville de Genève. Leur travail est très concret et bénéficie chaque année à environ 45'000 personnes. Sans le soutien des UAC et le budget alloué à leurs actions, la vie des Espaces de quartiers, les animations dans les parcs, la lutte contre l’isolement avec les 4'923 repas « Autour d’une table » organisés pour les aînés en 2012 par exemple, ne pourraient plus être assurées.
Prendre en otage l’administration, mettre en danger son fonctionnement, c’est toujours possible. Mais est-ce une si bonne idée ? Tailler dans le social aurait à terme un coût sans rapport avec les économies recherchées.

un CM sans cerveau.jpg

21:53 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

21/08/2013

Le réchauffement climatique est mondial, mobilisons-nous localement !

Le transport aérien n’aime pas le vert titrait récemment un article de la revue Alternative économique du mois de mars 2013. C’est le moins que l’on puisse dire !

Selon le rapport spécial du Groupe d’experts sur l’évolution du climat (Giec), le transport aérien est aujourd’hui responsable de 2 à 3% des émissions mondiales de CO2, sans parler des autres rejets gazeux, tels que les oxydes d’azote. Ces particules sont d’autant plus nuisibles, car elles sont lâchées à de très hautes altitudes.

On ne peut nier que, depuis quelques années, les constructeurs ont mis l’accent sur les économies de kérosène, plus pour des raisons financières qu’écologiques, car il pèse très lourdement sur les comptes d’exploitation des compagnies aériennes. Ainsi, les nouveaux avions tels l’A380 nécessitent 3 litres de carburant pour transporter un passager sur 100 kilomètres, soit 4 fois moins que ce que consommaient les premiers jets.

S’il importe de poursuivre la modernisation des flottes, il faut également cesser d'augmenter le nombre d'aéroports ainsi que leurs capacités d’accueil. Voici quelques autres mesures susceptibles d’engendrer des économies de combustible:

  • limiter les vols d’attente ;
  • créer un « espace unique européen » qui permettrait aux avions d’effectuer leur route en ligne droite et ne pas subir la mauvaise coordination des autorités qui gèrent chacune leur zone aérienne respective ;
  • réduire la vitesse des engins ;
  • favoriser une descente continue et non pas en paliers ;
  • tracter les appareils au sol qui utilisent les moteurs auxiliaires de puissance (un long courrier dépense 1'000 litres de kérosène au sol pour rejoindre sa piste d’envol).

L’ensemble de ces dispositions permettrait de réduire de 8% à 18% la consommation actuelle. Leur mise en œuvre est nécessaire, car le nombre de vols devrait poursuivre son augmentation pour atteindre 32'500 avions en circulation à l’horizon de 2031 contre 15'500 aujourd’hui, soit le double en 15 ans! En raison de cette croissance, les économies de carburant permises par les nouvelles technologies seront annulées.

Rappelons également que le trafic a été multiplié par 100 de 1950 à 2000, qu’il pourrait l'être encore par 6, si les tendances actuellement constatées se confirmaient, de 2000 à 2050.

Cette évolution est encouragée par l’ensemble des États : nous pouvons notamment évoquer le fait que le secteur aérien échappe à toute taxation et paie son kérosène free tax, ou encore qu’il n’est pas soumis au Protocole de Kyoto. Pour combler cette lacune, les compagnies devraient donc acheter au minimum l’équivalent de 15 % de leurs émissions de CO2, ce qui aura comme conséquence une augmentation de 3 à 5 francs du billet en moyenne. Mais surtout, il faudra commencer par établir une TVA « Internationale», car les tarifs pour les vols internationaux sont soumis à une TVA de … 0%. En effet, les transports aériens, dont l’aéroport d’arrivée ou l’aéroport de départ se situe sur le territoire suisse, sont exonérés de l’impôt (art.19 al.3 LTVA). La nouvelle TVA « Internationale » pourrait être modulée en fonction des performances écologiques de l’appareil utilisé, mais aussi de la distance effectuée : plus elle est courte, plus le taux sera important. Une telle taxe rendrait le prix des parcours inférieurs à 1'000 km nettement moins avantageux. Le coût des trajets de moins de 500 km deviendrait prohibitif en comparaison avec ceux des modes de déplacement plus doux.

Il faut taxer le transport aérien pour diminuer son attractivité et ainsi réduire la croissance du trafic. C’est une mesure concrète et adéquate pour limiter la production de gaz à effets de serre. Les deux premiers projets de loi des Verts genevois vont dans le bon sens. Il s’agit, d’une part, d’introduire une redevance «passager» pour compenser les émissions de CO2 et, d’autre part, d’apposer un message de sensibilisation concernant l'impact environnemental du trafic aérien sur les publicités diffusées par les entreprises aéronautiques, à l'instar de ce qui se fait sur les paquets de cigarettes.

 

Avions.png

09:25 Écrit par Alfonso Gomez dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (3)