Pour que l’accès à un logement digne et accessible redevienne un droit.

A Genève, 50% des ménages ont un revenu mensuel inférieur à 8'130 frs. Or, nous ne leur avons consacré que 17% du parc immobilier ces dernières années. Alors que la pénurie frappe notre canton depuis 20 ans, l’initiative de l’Asloca sur laquelle les Genevois.e.s sont appelé.e.s à voter le 24 novembre vise à construire du logement correspondant aux besoins de toutes les catégories de la population. Et à appliquer l’article 38 de notre Constitution : « Toute personne dans le besoin a droit d’être logée de manière appropriée. »

Alors qu’environ 50% de logements en propriété privée, PPE et villas, ont été mis sur le marché pour moins de 20% de ménages intéressés et éligibles, la situation doit aujourd’hui être corrigée. D’autant que le parc de logements d’utilité publique (LUP) est de 10% quand les objectifs légaux imposent d’en avoir 20%.

Pour y remédier, l’initiative 162 « Construisons des logements pour toutes et tous » repose sur un mécanisme simple : en période de pénurie, soit lorsque le taux de logements vacants est inférieur à 2%, seules les constructions en zone de développement seront admises, permettant ainsi un contrôle des prix par l’Etat durant 10 ans et garantissant une part de logements sociaux.

Avec un taux de vacance à Genève de 0,54%, il est temps d’agir. Née il y a 75 ans de l’action collective des locataires pour se protéger contre la spéculation immobilière et la précarité juridique de ceux-ci face aux milieux immobiliers, l’Asloca montre plus que jamais sa nécessité. Afin qu’un logement digne et accessible à toutes et à tous redevienne un droit.

Le 24 novembre 2019, votons oui à l’initiative de l’ASLOCA !

Lien permanent Catégories : Genève, Humeur 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.