De l'eau et des arbres pour une autre ville.

Les Vertes et les Verts veulent une Ville de Genève à dimension humaine. La proximité ? Une question négligée, ignorée, oubliée depuis 50 ans au profit ... du profit, de la circulation automobile reine et de la construction d'immeuble isolés de leur environnement.

En cette période de réchauffement climatique, cette nouvelle dimension humaine que nous appelons de nos vœux requiert sans conteste une ville plus « fraîche », plus verte. 

Des progrès sont à l’œuvre (plan de végétalisation, réorganisation de la circulation), mais ils ne sont pas suffisants. Il faudra en faire beaucoup plus pour faire face à l’« urgence climatique » décrétée par la Ville de Genève en mai dernier, il faut maintenant que cela se traduise dans les faits.

 

Nous, Vertes et Verts, proposons notamment : l’installation de points d’eau dans nos gares, un « moratoire » sur toutes les coupes d’arbres, la récupération de l’eau de pluie, des permis de jardiner dans les espaces urbains, etc.  Surtout il faut des engagements financiers chiffrés, concrets, des mesures juridiquement contraignantes assorties d’instruments et moyens qui permettront de les réaliser.

Les Vertes et les Verts ont défini un plan en 15 points pour protéger la population et rafraîchir la Ville :


  1. Remettre les nants et autres cours d’eau à ciel ouvert, multiplier les fontaines et les rendre utiles et identifiables ; 
  2. Création de bisses urbains, notamment à la sortie des fontaines et autres bassins publics ;
  3. Créer un fonds municipal « végétalisation » encourageant et permettant la réalisation d’aménagements exemplaires, accessible aux privés ;
  4. Permettre et encourager l’utilisation du domaine public municipal, pour des projets de végétalisation réalisés par des privés ;
  5. Concentrer les interventions des services techniques en sous-sol (eau, énergie, télécommunications, etc.) pour garantir des surfaces et volumes suffisants, en pleine terre, permettant la plantation de grands arbres ;
  6. Végétaliser les abris et arrêts de transports publics de façon à ce qu’ils puissent accueillir les usager.ère.s, par tous les temps de façon convenable notamment grâce à des zones ombragées et permettant l’assise ainsi que remplacer graduellement les lampadaires publics soutenus par des câbles part des lampadaire sur pied facilitant la pousse des arbres ;
  7. Avoir une Gérance immobilière municipale exemplaire et responsable, en baissant la température dans tous les logements d’au minimum 3° en été par tous les moyens « naturels » de rafraichissement (végétalisation des toits et façades, plantation de grands arbres, etc.) ; 
  8. Végétaliser l’ensemble des cours intérieures et toitures des bâtiments de la Ville et lorsque cela n’est pas possible adapter la couleur de toiture de façon à éviter une trop forte absorption de chaleur ;
  9. Connecter d’ici 2030 tous les bâtiments propriétés de la Ville à un réseau de chauffage et rafraîchissement à distance type CADeco, Génilac ou toute autre énergie renouvelable ;
  10. Rattraper, d’ici 2025, le retard des plantations compensatoires d’arbres abattus en Ville de Genève, ;
  11. Planter au minimum un arbre à fort développement par jour jusqu’en 2030 afin de parvenir à 30% de surfaces arborées en Ville de Genève et imposer un moratoire sur toute coupe d’arbre sur l’espace public ou privé de la ville tant que l’objectif ne sera pas atteint, sauf mesures de sécurité ;
  12. Perméabiliser et végétaliser toutes les surfaces publiques qui s’y prêtent et déminéraliser 25'000 m2 d’ici à 2025 ; 
  13. Végétaliser les préaux d’école en collaboration avec les élèves ;
  14. Élaborer les projets d’aménagement en concertation avec des spécialistes du vivant (paysagistes, biologistes, jardinier.ère.s…) au côté des urbanistes et architectes ;
  15. S’assurer du financement, de la réalisation et de l’entretien des aménagements à réaliser et existants, au besoin en les priorisant lors de futurs investissements.

 

Les Vertes et les Verts attendent du concret, de l’intelligence et de la solidarité politique

Commentaires

  • Ce n'est pas avec le bétonneur Hodgers que la situation va s'améliorer. On voit comment les Khmers Verts agissent aux Allières !! Mais comme vous êtes contre les forêts centenaires, vous avez encore quelques endroits où vous pouvez utiliser vos tronçonneuses : Les bois de Jussy et de Chancy par exemple ! Les Khmers Verts sont contre la protection de la nature, du reste ils ne foutent jamais les pieds dans cette belle nature de peur de salir leurs Birkenstock !! Lorsque ces tristes sires feront la différence entre un merle et un corbeau ils auront déjà fait un exploit !

  • De tout coeur avec vous. A défaut de déplacer les villes a la campagne, amenons la campagne (la nature) dans les villes. Ceci est un projet d`intéret général (excepté celui des promoteurs immobiliers et des dingues de la bagnole) et il est donc triste de voir comme beaucoup d`électeurs (surtout dans la tranche d`age supérieure) sont viscéralement opposés a tout ce qui leur parait porter l`étiquette "écolo" du fait de cet a-priori soigneusement entretenu par certains politiciens populistes que la protection de l`environnement et la lutte contre le béton s`identifient a la "gauche".

  • Je fais partie de ceux qui, comme Jean, proposent de ramener la campagne en ville plutôt que s'exiler pour profiter de la nature.
    Mais...
    Je considère que les Verts s'y prennent plutôt mal et sont directement responsables de la caricature dont on les afflige par des intégrismes qui, non seulement ne résistent pas à une analyse rigoureuse, mais surtout qui impliquent de faire le bien des gens malgré eux ce qui n'est jamais une bonne idée.
    Qui plus est, les programmes comme ceux que vous évoquez impliquent des taxes et autres moyens contraignants qui visent à imposer une vision de société dictatoriale bien-pensante et donc véritablement dangereuse.

    Maintenant, il y aurait une solution toute simple pour commencer à se diriger dans la bonne direction : Réaliser enfin la traversée de la rade.
    Et là, le miracle pourrait bien s'opérer à la satisfaction du plus grand nombre qui pourra goûter au plaisir d'un centre ville pacifié.

    Malheureusement, les Verts ont des principes bien ancrés. Un peu comme les libéraux qui nous bassinent depuis deux siècles avec la fameuse main invisible du marché, ils nous assènent inlassablement le concept d'aspirateur à voitures qui augmenterait le nombre de véhicules, sans réaliser que c'est justement ce qu'un tel ouvrage est censé faire. Aspirer les voitures hors de la ville pour la rendre aux citoyens.

    Tant que les Verts auront pour but d'éradiquer la bagnole, ils continueront à jouer un rôle marginal dans les affaires du pays et seront cantonnés à rester des emmerdeurs de service pour mieux justifier la politique consumériste dévastatrice d'une entente élargie.

  • @Pierre Votre idée fixe de traversée de la rade est une idée a endetter Geneve pour des eons et cela pour un résultat probablement éphémere puisque le nombre des voitures est de toute maniere destiné a diminuer avec notamment le déployement des véhicules partagés et l`inévitable gratuité a venir des bus et tramways. Les projet des verts sont financierement accessibles et ont des répercussions durables sur la qualité de vie.

  • Puisque vous voulez amener de la verdure en ville de Genève commencez à remettre de l'herbe sur la plaine de Plainpalais car la caillasse actuelle réchauffe tout le quartier !

Les commentaires sont fermés.