17/11/2016

Loin du consumérisme!

Les Verts soutiennent l’initiative 155 « Touches pas à mes dimanches », lancée en 2013 par les syndicats ; elle vise à maintenir le dimanche comme jour férié.

En 1906 (déjà), les mouvements sociaux se mobilisaient en faveur du repos dominical avec le slogan : "C'est dimanche qu'il nous faut" ...

Aujourd’hui, le dimanche reste le jour de la semaine où la plupart des gens ont congé. C’est un moment à part, permettant de se retrouver entre amis, en famille. Or, une ouverture généralisée des commerces le dimanche impliquerait une politique de destruction du lien social.

 

Le dimanche férié rompt la continuité de la semaine et lui donne ainsi un rythme. Il permet de vivre un moment de socialisation et de partage, de vaquer à autre chose qu’au consumérisme ambiant et de choisir à quoi l’on affecte son temps.

 

Le néolibéralisme, en banalisant le travail du dimanche, crée des inégalités et des injustices sociales. Pour la majorité des actifs, travailler le dimanche ou la nuit est assimilé à une contrainte ; celles et ceux qui travaillent durant ces périodes en sont généralement peu satisfaits[1]. Ce décalage a des implications directes sur l’organisation de la vie quotidienne et sur la relation à autrui. Le travail du dimanche constitue un véritable recule des acquis sociaux.

 

Nos statuts des Verts genevois mentionnent à l’article 3 notre attachement à la qualité de vie, c’est pourquoi nous voterons OUI le 27 novembre à l’Initiative 155 et nous la favoriserons face au contre-projet.

 

[1]Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié – Travailler le dimanche : qu’en pensent ceux qui travaillent le dimanche ?, janvier 2009 ;

GAZAVE, Cyrille, ENEL, Françoise, 2006, Enquête sur l’emploi et les rythmes de vie la nuit à Paris, mai 2006.

09:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : consommation dimanche

Les commentaires sont fermés.