21/03/2014

Défendre la sécurité des cyclistes et des piétons

À la lecture de la Tribune de Genève du 20 mars 2014, nous avons été surpris par le compte-rendu de la dernière séance du Conseil municipal Ville de Genève. Plus particulièrement, c’est le passage concernant les débats sur la motion M-1042 qui nous pousse à réagir (texte demandant que les forces de l'ordre mettent l'accent sur la répression des cyclistes roulant sur les trottoirs).

En effet, dans son article, Mme Chloé Dethurens cite abondamment l’ensemble des groupes présents intervenus dans ce débat … sauf les Verts. Cela laisse croire que ces derniers sont restés silencieux sur cette thématique.


Au contraire, les Verts ont été les premiers à intervenir pour dénoncer une énième motion MCG stigmatisante pour les usagers du vélo. Cette motion cherchait à opposer les acteurs de la mobilité douce, les piétons et les cyclistes au lieu de trouver des solutions favorisant le bien-vivre ensemble et la convivialité.


Nous avons souligné, lors des débats en plénière, que la situation actuelle est très insatisfaisante car elle ne répond pas aux souhaits exprimés par la population notamment suite à l’acceptation de l’initiative cantonale 144. Cette initiative a été votée par la population genevoise en 2011 afin de développer davantage les infrastructures dédiées à la mobilité douce. Cet objet vise à mieux assurer la protection des piétons et des cyclistes. Malheureusement, sa mise en œuvre s’avère aujourd’hui insuffisantes.


Les auteurs de la motion qui se disent respectueux de la volonté populaire devraient plutôt s’inquiéter des oppositions faites par la droite qui freinent la réalisation de cette initiative pourtant nécessaire pour la mobilité douce.


Nous avons souligné que personne ne défend l’irrespect des règles de circulation et de la loi : ni les Verts, ni les associations de défenses du vélo telles que Pro-Vélo et encore moins les autorités de la Ville qui avec Pro-vélo organise régulièrement des cours de sensibilisation et de bonne conduite au succès grandissant.


Nous ne défendons pas les vélos sur les trottoirs, comme nous ne défendons pas les scooters et autres motos sur les pistes cyclables, ni les automobilistes qui se garent sur les voies réservées aux vélos comme un certain député MCG bien connu.


Par contre, nous encourageons nos collègues de la droite municipale et particulièrement ceux qui ont soutenu l’IN 144 sur la mobilité douce de travailler avec l’Alternative et avec les associations cyclistes afin de supprimer les points noirs dangereux pour les usagers du vélo dans la circulation et qui contraignent parfois ces derniers à utiliser mal à propos les trottoirs.

 

Alfonso Gomez, Conseiller municipal Vert et président de la section Verts Ville Genève

Catherine Thobellem, Conseillère municipale Verte

 

accident-velo.jpg

08:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Genève, Humeur | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Mais non Alfonso Gomez, le Vert militant, où voyez-vous qu’une motion, qui ne demande que « l’application des sanctions prévues par la loi et l’Ordonnance sur les règles de la circulation routière » a un ver dans la pomme, qui stigmatise les usagers du vélo ?

Vous parlez du « bien-vivre ensemble et de convivialité », mais cela implique le respect de règles !

Pourtant votre mouvement anti-bagnole, qui imagine les aménagements les plus stupides dans les infrastructures routières (Cf. le projet d’une double piste cyclable au Quai Gustave Ador avec la suppression d’une voie pour les voitures !), ne fait que créer des embouteillages, augmenter la pollution et favoriser une guerre de tranchées entre cyclistes, automobilistes, scootéristes, utilisateurs des transports publics et piétons !

Vive la liberté des moyens de transport !

Dixit une cycliste impénitente !

Écrit par : Michèle Roullet | 25/03/2014

M. Gomez,
en tant que politicien, vous devriez savoir qu'il n'est point besoin de voter une motion pour faire appliquer une loi (la LCR) qui existe depuis des lustres. C'est une aberration politique. La loi est là, on l'applique! Point final!
D'autre part, je pense que la cohabitation piétons/vélos sur le même terrain de jeu, est impossible. Surtout avec des cyclistes arrogants et malpolis.
Enfin, quand vous citez les dialogues constructifs avec Pro Vélo, je n'en crois pas un mot. Des discussions que j'ai eues avec des dissidents de cette association, m'ont dit qu'elle avait clairement deux faces : une claire, officielle, pour les médias, l'autre sombre, en conclave, où c'est tout pour le vélo, et on se fiche des autres. Si leur bonne volonté était sincère, on n'aurait pas des cyclistes aussi agressifs et violeurs de la LCR.

Écrit par : Ralf LATINA | 26/03/2014

Les commentaires sont fermés.