20/12/2016

De la nécessité de promouvoir le vélo!

Les habitants de la Ville de Genève renonce généralement à l'automobile, entre autre parce que celle-ci n'est pas adaptée à la densité de circulation  et de population de la Ville. Lors d'une enquête de la Direction Générale des Transports, les genevois ont affiché la nécessité de prioriser les transports publics (45%), la marche (34%) et 11% le vélos[1] au centre-ville.

 Au cœur de la ville, la marche est, de loin, le premier mode de déplacement, et le vélo connaît une croissance exponentielle... Dans ce nouveau paradigme de la mobilité urbaine, nos autorités manquent cruellement d'ambition car leurs projets successifs affichent des objectifs situés très en-deçà des besoins et des attentes. Résultat: une situation chaotique, des règles de circulation et de priorités inadaptés, des signalisations et des aménagements lacunaires.

 La seule réponse tangible des autorités est une opération policière, où amendes et criminalisation priment sur une vision qui devrait pourtant être tournée vers l'avenir.

Aujourd'hui, il s'agit surtout de respecter les volontés populaires exprimées en faveur des mobilités douces et notre gouvernement manque de courage politique pour défendre un tel programme.

 

[1]
 [1] Rapport d’enquête de DGT. Consultation publique du 1er au 30 septembre 2014. Novembre 2014

ob_c67661_nue-portland-velo-06.jpg

16:16 Écrit par Alfonso Gomez dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

17/11/2016

Loin du consumérisme!

Les Verts soutiennent l’initiative 155 « Touches pas à mes dimanches », lancée en 2013 par les syndicats ; elle vise à maintenir le dimanche comme jour férié.

En 1906 (déjà), les mouvements sociaux se mobilisaient en faveur du repos dominical avec le slogan : "C'est dimanche qu'il nous faut" ...

Aujourd’hui, le dimanche reste le jour de la semaine où la plupart des gens ont congé. C’est un moment à part, permettant de se retrouver entre amis, en famille. Or, une ouverture généralisée des commerces le dimanche impliquerait une politique de destruction du lien social.

 

Le dimanche férié rompt la continuité de la semaine et lui donne ainsi un rythme. Il permet de vivre un moment de socialisation et de partage, de vaquer à autre chose qu’au consumérisme ambiant et de choisir à quoi l’on affecte son temps.

 

Le néolibéralisme, en banalisant le travail du dimanche, crée des inégalités et des injustices sociales. Pour la majorité des actifs, travailler le dimanche ou la nuit est assimilé à une contrainte ; celles et ceux qui travaillent durant ces périodes en sont généralement peu satisfaits[1]. Ce décalage a des implications directes sur l’organisation de la vie quotidienne et sur la relation à autrui. Le travail du dimanche constitue un véritable recule des acquis sociaux.

 

Nos statuts des Verts genevois mentionnent à l’article 3 notre attachement à la qualité de vie, c’est pourquoi nous voterons OUI le 27 novembre à l’Initiative 155 et nous la favoriserons face au contre-projet.

 

[1]Fondation pour l’innovation politique, Dominique Reynié – Travailler le dimanche : qu’en pensent ceux qui travaillent le dimanche ?, janvier 2009 ;

GAZAVE, Cyrille, ENEL, Françoise, 2006, Enquête sur l’emploi et les rythmes de vie la nuit à Paris, mai 2006.

09:29 Écrit par Alfonso Gomez dans Air du temps, Genève | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : consommation dimanche

02/09/2016

Pour une économie circulaire !

Réduire ses déchets, dépenser moins pour des choses futiles et consommer de manière responsable est tout à fait possible.A condition que l’ensemble des acteurs joue le jeu.

Le consommateur peut réduire son empreinte énergétique mais celle-ci ne pourra être diminuée correctement et durablement si des efforts ne sont pas réalisés en amont. Notre pays est le deuxième plus producteur de déchets en Europe et ceci serait moins honteux si ces-derniers étaient réduits, réutilisés ou revalorisés. Ce système encore trop linéaire en énergie, argent et matières premières qui n’ont qu’un cycle de vie ne répond en rien à nos engagements pris lors de la COP21.

Or, il est possible d’arriver à une économie circulaire où les déchets des uns sont transformés en ressources pour d’autres. Les exemples ne manquent pas. La chaleur produite par certaines industries (qui serait perdue dans la nature) sert aujourd’hui à chauffer les bureaux des employés. Et à l’échelle des communes, certains d’entre nous sont chauffés avec les eaux usées. Pour que de telles actions ambitieuses et novatrices soient possibles, il faut une ambition politique et que l’État en fasse une priorité et en ait les moyens. Le 25 septembre, envoyons un message clair pour encourager une économie qui bénéficie à l’ensemble de la population en votant OUI à l’initiative pour l'économie verte.

Schema-conomie-circulaire.jpg

15:56 Écrit par Alfonso Gomez dans Air du temps | Lien permanent | Commentaires (1)